La Brique

Construction d’un Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS)

La construction de notre Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) dans la province de la Tapoa, située à l’extrémité est du Burkina Faso, à la frontière du Niger et du Bénin, est à bout touchant. Le CSPS devrait en effet ouvrir ses portes le 30 novembre 2020.

A cet effet, nous recherchons 50 lits médicalisés.

CSPS Pose de la 1ère pierre du centre de santé le 20 avril 2019.

Si votre établissement de santé dispose de lits médicalisés qui doivent être changés prochainement, pensez à La Brique, en complétant le formulaire ci-dessous dans les meilleurs délais. Des centaines de Burkinabès vous en seront infiniment reconnaissants.

A noter que l’enlèvement du matériel sur place (en Suisse) sera assuré par des donateurs privés qui prendront en charge tous les coûts (entreposage en Suisse, organisation d’un container jusqu’au Burkina Faso, organisation du transport du matériel de Ouagadougou jusqu’au centre de santé).

Descriptif succinct du projet CSPS Tapoa

Informations de base

Pays: Burkina Faso.
Région: District de Diapaga.
Village: Barpoa.
Date de début de la construction: Septembre 2018.
Date prévue d'ouverture du centre: 30 novembre 2020.
Bénéficiaires: 9 villages – plus de 7’200 bénéficiaires.
Partenaire local: ONG La Brique Burkina, 01 BP 6948 Ouagadougou (BF).
Maitre d’ouvrage: Association La Brique Suisse, CP 33, 1800 Vevey.
Maitre d’ouvrage responsable: Adjima Paul Miampo.

Contexte sanitaire

Le district de Diapaga compte plus de 506’860 habitants.

Il ne dispose que d’un centre médical avec antenne chirurgicale et d'une trentaine de centres de santé surexploités répartis sur une superficie de 14'846 km2.

Sa population a peu d’accès aux structures de soins (45.5% à 10 km), sachant que selon les métadonnées du système national d’informations sanitaires du Burkina Faso, la distance au premier point de santé ne devrait pas excéder 5 km.

Le centre de santé et de promotion sociale le plus proche des 9 villages concernés est à 15 km et le centre médical se trouve à 22 km. De plus, huit rivières entravent les accès à ces deux structures.

A cela, il faut rajouter l’insécurité et le manque d’ambulances.

Objectifs principaux

Prévention contre les maladies, diminution de la prévalence, réduction de l’évolution des maladies et amélioration du bien-être de la population des 9 villages.

Moyens mis en œuvre

Seront construits sur le site de Barpoa:

  • un dispensaire
  • une maternité
  • quatre logements pour le personnel
  • des latrines
  • une cuisine
  • un hangar
  • une pharmacie dotée en médicaments essentiels

Construction du dispensaire (mai 2019) Construction du dispensaire (mai 2019).

Construction du dispensaire (mai 2019) Construction du dispensaire (mai 2019).

De plus, la structure sera dotée d’un forage et d’un château d’eau.

Des plaques solaires serviront à l’éclairage de tous les bâtiments.

Des formations continues ainsi que des sensibilisations sont prévues dans le cadre de ce projet.
 


Descriptif détaillé du projet CSPS Tapoa

Construction du centre de santé

La Brique Burkina a déjà réalisé plusieurs projets dans la région(centre pour orphelinsde nombreux forages, une école primaire et un collège à Bobomondi, etc.).

Elle a donc une forte expérience des projets de ce type sur le terrain.

Le projet de construction d'un centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de La Brique dans la province de la Tapoa est dirigé par Paul Adima Miampo, fondateur de La Brique, avec l’assistance d’Isaïe Sanon, en tant que coordinateur national de La Brique Burkina, et de Nana Bambara Rosine, chargée de la comptabilité et du suivi du projet.

Une équipe expérimentée, habituée aux projets locaux, en laquelle La Brique a 100% confiance.

Pourquoi un centre de santé?

L’idée de construire un centre de santé et de promotion sociale (CSPS) provient d’une demande des populations de neuf villages dont Barpoa, Tiapandi, Tanfulkuna, Tanoa, Bagali, Konkonfoaga, Nassobdi, Kanda I et Kanda II.

Ces villages se trouvent dans la province de La Tapoa.

Province de La Tapoa

Le site de ce centre se trouve dans le village de Barpoa, choisi pour sa situation géographique centrale pour les neuf villages.

Centre de santé Le 7 octobre 2016, visite du terrain sur lequel le centre de santé a été construit (photo de gauche). Pose de la 1ère pierre du centre de santé le 20 avril 2019 (photo de droite).

Population Toute la population (surtout les femmes) contribue à la construction du centre de santé en allant chercher du sable près des rivières, lequel est utilisé pour fabriquer les briques.

Quels sont les bénéficiaires de ce projet?

Ce projet bénéficiera à une population estimée à 5’760 habitants, dont 52% de femmes et 20% d’enfants, sachant que la population de ces villages augmente de 3.2% par an (naissances).

De plus, d’autres personnes provenant des villages environnants pourront aussi bénéficier des prestations de ce centre de santé.

Quels sont les soutiens locaux?

Le projet est soutenu par l’ensemble des acteurs de la santé et des populations bénéficiaires susmentionnées, à commencer par l’Etat burkinabé qui a apporté son aide sur le plan technique dans la phase de réalisation du projet et qui va fournir le personnel médical nécessaire au bon fonctionnement du CSPS dès sa mise en route.

De plus, l’Etat burkinabé dotera le CSPS d’un dépôt en fourniture de médicaments essentiels.

Après la construction du CSPS, un comité de gestion sera mis en place par la mairie de Diapaga. Un membre de La Brique fera partie de ce comité.

Ce comité veillera au bon fonctionnement du centre et fera office d’interface entre les agents de santé et la communauté.

La population du village de Barpoa et des environs prendra aussi part à la pérennisation de ce centre. Dans ce but, une association locale de développement, qui regroupe les neuf villages, a été créée pour accompagner le projet.

La Brique et les responsables du district de Diapaga accompagneront cette association à l’aide de leurs conseils avisés.

En résumé, le centre de santé que contribue à construire La Brique sera entre de bonnes mains et de bons esprits, avec des personnes qui rêvent d’un tel centre depuis des années et qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour sa pérennité et son efficacité.
 


Contexte géopolitique

Contexte économique national

Le Burkina Faso est classé parmi les pays les plus pauvres de la planète – 161ème rang sur 169 pays classés. Toutefois, au cours des dix dernières années, le pays est en progression constante. Il est passé d’une croissance économique annuelle de 8.5% en 2011 à 10.8% en 2015.

Malheureusement, cette croissance ne se ressent pas parmi la population générale qui s’appauvrit de plus en plus.

Cette extrême pauvreté n’épargne pas la zone de Barpoa, et se caractérise, entre autres, par un faible accès aux soins de base et un taux élevé de mortalité.

L'essor du djihadisme dans la région est un facteur d'instabilité qui vient se greffer sur une situation économique déjà compliquée.

Principales pathologies auxquelles le Burkina Faso est confronté

Le paludisme demeure la première cause de consultation, d’hospitalisation et de décès dans le pays. Le nombre de cas notifiés en 2015 est de 8'286'453, dont 450’042 cas graves et 5'379 décès. A lui tout seul, le paludisme représente en nombre absolu de cas, plus de la moitié (55.61%) des 10 principales pathologies recensées.

La malnutrition représente, quant à elle, 16.99% des cas.

A ce tableau déjà bien sombre, il faut associer les infections respiratoires aiguës et les diarrhées (avec 11.26% des cas).

Les autres pathologies rencontrées sont les anémies (4.45%), les gastro-entérites (2.87%), la fièvre typhoïde (2.75%), les infections néonatales (2.01%), etc.

Il y a aussi des maladies à potentiel épidémique telle que la méningite cérébro-spinale, la rougeole, le choléra et la fièvre jaune. Les maladies non transmissibles, notamment les maladies chroniques, sont en augmentation (exemple : les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité, les dyslipidémies, les cancers).

Sans compter la pandémie de coronavirus, qui vient s'ajouter à toutes ces pathologies.

Concernant la mortalité maternelle (341 décès sur 100’000), elle est due au faible taux de couverture en consultations prénatales et obstétricales.

Cette problématique est corrélée essentiellement à la distance (22 km environ) qui sépare les populations des neuf villages au premier district de la province, au temps d’attente, à la pauvreté et à l’ignorance.

De plus, ces villages sont séparés de Diapaga par des rivières qui rendent l’accessibilité des soins impossible pendant la saison des pluies notamment.

Contexte économique régional

L’activité principale dans la province de la Tapoa est l’agriculture de subsistance. L’élevage, la pêche et la chasse y sont également pratiqués.

Le réseau routier, quant à lui, est désastreux.

Route ravinée Un exemple de route ravinée par les intempéries (région de Bobomondi – 08.10.2016).

Le flux migratoire des jeunes vers les pays voisins et l’insécurité récurrente constituent de toute évidence un frein au développement malgré le potentiel de cette province.

La situation de pauvreté de cette zone est préoccupante. Le PIB par habitant s’élevait à CHF 225.- en 2009. En 2014, le taux de pauvreté était estimé à 46.6%. Ce taux est au-dessus de celui du niveau national fixé à 40.1%. Cette situation est caractérisée par un accès difficile aux services sociaux de base, l’analphabétisme, des conditions d’habitat précaires et un taux de chômage très élevé.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.