Brique Burkina

La Brique poursuit sa mission malgré le Covid-19

By 30.04.2020avril 7th, 2021No Comments

Le Burkina Faso n’échappe pas à la pandémie du nouveau coronavirus, où le premier cas a été signalé le 9 mars 2020. Depuis, les cas se multiplient, amenant le gouvernement burkinabè à prendre plusieurs mesures pour essayer d’endiguer la pandémie: fermeture des frontières, mise en quarantaine des villes touchées, instauration d’un couvre-feu sur tout le territoire, interdiction de rassemblements, port obligatoire du masque, etc.

La Brique estime que l’impact sur la mise en œuvre des activités devrait être faible.

Ces mesures ont évidemment affecté La Brique Burkina, soucieuse de protéger son personnel tout en poursuivant la prise en charge des enfants. Aucune organisation ne sortira de la pandémie de coronavirus sans en être affectée. La Brique Burkina estime cependant que l’impact sur la mise en œuvre des activités devrait être faible. En dehors de l’école et du club de football, les activités sur le terrain se poursuivent.

La Brique Burkina a dû s’adapter à la nouvelle donne dans tous les domaines:

  • Le personnel du bureau de l’ONG a été mis en télétravail.
  • L’activité des animateurs dans la Tapoa a été réorientée vers une sensibilisation au Covid-19: le lavage régulier des mains à l’eau et au savon, se saluer sans se serrer la main, tousser dans le creux du coude, respecter la distance d’un mètre minimum entre les individus, éviter les rassemblements, etc. Depuis le mois de mars, les animateurs vont ainsi de concession en concession pour sensibiliser les populations à ces mesures.
  • Au Centre Sanor, le personnel a été réorganisé en équipes de trois personnes. Chaque équipe travaille 24 heures avant de se faire relayer par une autre. En dehors du gardien, seulement trois personnes sont présentes à la fois. Les visites ont été suspendues. Le dispositif de lavage de mains, qui était déjà présent, a été renforcé. Du gel hydroalcoolique a été mis à la disposition du personnel.
  • Le chantier du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Barpoa, qui était en attente de financement pour 2020, a repris. Les acteurs du chantier sont sur place à Diapaga et poursuivent les travaux en respectant les consignes sanitaires.
  • A Bobomondi, le gouvernement ayant fermé les écoles, les enseignants ont donné aux enfants du travail personnel à faire à la maison en attendant la réouverture.
  • Les entrainements du Sanor FC ont été suspendus à l’instar de tout autre sport collectif dans le pays.